Créer un site internet responsable

Site internet responsable

Le numérique est souvent présenté comme une solution idéale pour améliorer notre impact environnemental (dématérialisation pour limiter les impressions, visio-conférences pour réduire les déplacements…). Pourtant, le tableau n’est pas si vert, et le fameux cloud pas si blanc. Décryptage et solutions pour concevoir un site internet responsable.

« Ce n’est pas parce que ça ne se voit pas que ça ne pollue pas »

La face cachée d’un site web

L’hébergement des données

Un site internet, c’est un ensemble de pages web et de ressources, hébergées sur un (ou plusieurs) serveur. Ces machines, qui tournent 24h/24 et 7j/7, sont souvent présentées immaculées, et sous leur meilleur jour :

Centre de données
Un data-center ou centre de données

Or, ces fermes de serveurs – en plus d’être gourmandes en ressources nécessaires à la fabrication des machines – sont des gouffres énergétiques.

La consommation des données

L’autre aspect à prendre en compte est la consommation des données. À chaque mail envoyé, vidéo regardée ou image téléchargée, des ressources sont consommées (le serveur est sollicité, ainsi que votre box internet, votre ordinateur ou smartphone etc.).

Si internet était un pays, il serait le 3e consommateur mondial d’électricité,

Comment créer un site internet responsable ?

Votre site internet aura donc toujours un impact, mais il peut être modéré si, dès sa conception, certaines mesures sont mises en place.

Choisir un hébergeur « vert »

Certains prestataires se sont engagés à réellement agir pour limiter leur impact sur la planète. Ils sont encore peu à revoir en profondeur leurs infrastructures, mais nous pouvons tout de même citer quelques bons élèves : le suisse Infomaniak, le canadien HostPapa ou encore le français Ikoula. Tous trois tournent à 100 % aux énergies renouvelables.

Concevoir un site optimisé

Un site est dit optimisé lorsqu’il fait appel à un minimum de ressources (scripts, images, vidéos…) et que ces dernières sont d’un poids réduit au strict nécessaire.

Optimiser ses contenus

Nous en parlions dans un précédent article : il convient d’optimiser ses images, vidéos et autres contenus pour en réduire le poids. Il est également intéressant de se poser la question de leur utilisation : est-ce vraiment judicieux de placer une vidéo sur la page d’accueil de son site, sachant que cette dernière sera visitée des milliers de fois ?

Optimiser son code

Les solutions clés en main sont en général moins performantes car pour permettre de répondre à un large éventail de besoin, elles comportent énormément d’options qui ne seront au final pas forcément utilisées. Un site sur-mesure sera donc bien souvent plus léger qu’un CMS avec un thème pré-conçu.

Ceci dit, un CMS comme WordPress reste une bonne solution en cas de budget insuffisant pour un site entièrement sur-mesure, s’il est mis en place en suivant les bonnes pratiques :

  • Utiliser le moins de plugins possible
  • Choisir un thème adapté et optimisé, et non pas un « multi-purpose » débordant de fonctionnalités, qui sera certes adaptable à tous les cas de figures mais qui sera également une véritable usine à gaz
  • Configurer un outil de mise en mémoire cache

J’ai déjà un site internet responsable, comment aller plus loin ?

En mettant en place certaines bonnes pratiques, vous pouvez réduire encore plus votre impact environnemental.

Voici 5 gestes simples à adopter pour limiter votre impact numérique :

Consommez local !

Vous écoutez votre musique préférée en streaming (Deezer, Spotify…) voire même sur YouTube ? Cette pratique est l’équivalent numérique de la délocalisation ! Au lieu de faire tourner une seule machine – la vôtre –, vous en faites tourner un grand nombre (votre smartphone ou ordinateur, votre box internet, le serveur d’hébergement, son système de climatisation, ses machines de sauvegardes…) ! Optez dans la mesure du possible pour des fichier en local !

Gardez les pieds sur terre !

Le cloud est pour vous un merveilleux espace de stockage ? N’ayez (pas trop) la tête dans les nuages : comme pour le streaming, cette pratique fait tourner de nombreuses machines 7j/7, 24h/24 pour vous donner accès à des documents, que vous pourriez garder sur votre appareil.

Du pull plutôt que du push !

Vous êtes abonné à un grand nombre de newsletters ? Et si vous optiez pour ce bon vieux flux RSS ?

  • Il permet de garder le contrôle sur son abonnement (on s’abonne au lieu de se faire abonner)
  • Il évite de communiquer son email, et donc de recevoir d’autres emails commerciaux non désirés
  • Il peut éviter l’envoi de milliers de mails

Videz votre boîte !

Faites le tri ! Supprimez (ou archivez localement) vos vieux mails, ainsi que vos pièces jointes.

Quelles alternatives aux GAFAM ?

Les alternatives aux géants du numérique existent, n’hésitez pas à les utiliser ! Chaque service a son équivalent open-source.

Gafam
Source : gafam.laquadrature.net

Créer un site web responsable s’inscrit pleinement dans notre démarche environnementale

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Contactez-nous !