Vous avez dit UX ?

Ux ui

Dans les premiers jours du web, l’ergonomie et les contenus d’un site se décrétaient… au doigt mouillé.

Le concepteur s’assurait ainsi d’aller dans le sens du vent. Une méthode qui permettait aux meilleurs d’être dans le coup mais qui laissait à désirer en terme d’efficacité…

Depuis, nous l’avons déjà évoqué ici, pour se donner toutes les chances d’être en phase avec les besoins émotionnels de l’internaute, on a inventé la notion d’expérience utilisateur (UX). L’UX qualifie notamment le ressenti d’un consommateur lors de l’utilisation d’un service digital ou d’une application. Il fait appel à la perception et comporte donc des composantes factuelles mais aussi émotionnelles. Comment, dés lors, qualifier et mesurer cette expérience vécue par vos consommateurs et internautes dans l’utilisation des outils (sites et applis) que vous mettez à leur disposition ?

En testant sans relâche votre cible avec différentes méthodes. Le SUS, par exemple, est un test qui permet de recueillir le point de vue subjectif de l’utilisateur sur un site ou un service digital. Il l’invite à répondre à 10 questions en utilisant une notation sur une échelle en 5 ou 7 points allant de « Pas du tout d’accord » à « Tout à fait d’accord ». Une note globale est calculée selon une grille spécifique. C’est cette note qui validera l’UX du site et qui contribuera à le légitimiser.

Cette méthode est à mettre en écho à celle du tri de cartes dont nous avons déjà parlée qui contribue, elle aussi, à construire une UX pertinente.

On voit par là que l’une des tendances de la communication digitale est de s’inscrire dans une rationalité pour prouver la pertinence de ce qu’elle propose et être ainsi à la hauteur des enjeux économiques, politiques ou humains auxquels elle est de plus en plus clairement confrontée. Une nécessité absolue.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Contactez-nous !